Jeux, vêtements… Le marché de la seconde main pour enfants a le vent en poupe

Un Français sur deux achète régulièrement des objets de seconde main.Une démarche écologique, mais aussi économique, en cette période de forte inflation.Parmi les meilleures ventes, les produits pour les enfants.

Livres, jouets, trottinettes… « Tout un tas de jeux, trouvés pour une bouchée de pain, avec lesquels Auguste s’amuse énormément », se félicite son père dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. Ces jeunes parents ont effectivement décidé d’acheter d’occasion tous les objets destinés à leurs deux enfants. Ils économisent ainsi près de 1000 euros par an, sans renoncer à la qualité.

Des économies pour les parents

« J’avais une image un peu poussiéreuse, je m’imaginais des objets un peu vieillots, ou sales… et finalement, on a découvert, notamment dans le domaine de la puériculture, que c’étaient des objets en parfait état, qui avaient très très peu servi », indique ainsi la maman.

Comme eux, de plus en plus de parents optent pour de la seconde main. Un moyen pour renouveler à moindre coût une garde-robe d’enfants rapidement trop petite. Aude Viaud l’a bien compris. Il y a six ans, elle a lancé son site de vente en ligne, spécialisé dans l’habillement d’occasion pour enfants.

Les particuliers envoient ce qu’ils souhaitent revendre au dépôt-vente de l’entreprise. « Les frais de livraison sont pris complètement à notre charge », explique la fondatrice. À la réception, la qualité de chaque article est ensuite contrôlé à la main. « On va aller trier chaque article pour s’assurer qu’il n’y a pas de tâche, pas de bouloche », illustre-t-elle. Sur les plus de 4000 vêtements – du nourrisson au pré-ado – qui arrivent au dépôt chaque jour, un tiers sera ainsi laissé de côté.

Chaque article est ensuite repassé et photographié avant d’être mis en ligne. Un parcours optimisé le plus possible. Jusqu’à 400 photos sont réalisées par heure. Le prix, lui, est fixé automatiquement par un logiciel sur mesure. « La première chose qu’on sélectionne, c’est l’état du vêtement. Ensuite, on met la marque, l’âge, et après, on a le prix de revente qui s’affiche », explique une employée de l’entreprise dans le reportage TF1.

Les particuliers qui envoient des objets à vendre touchent entre 30 et 50% du prix de revente. Quant aux 150.000 produits stockés dans l’entrepôt, ils n’y restent jamais très longtemps. « Les vêtements se revendent très vite. À peine mis en ligne, pour 50% d’entre eux, ils sont vendus dans les trois jours. Donc ça tourne vite », décrit encore Aude Viaud. Autre preuve de ce succès : le chiffre d’affaires de cette jeune entreprise a doublé en un an.

Un marché qui n’a pas seulement du succès en ligne

Le marché de l’occasion pour enfant se développe sur Internet, mais aussi dans les petites villes. Dans la région nantaise, Aurélie a ainsi ouvert sa boutique de revente de vêtements pour les plus petits, il y a un an. Elle a déjà trouvé sa clientèle. « J’ai quand même de plus en plus de personnes qui viennent et notamment, chaque semaine, je suis toujours surprise d’avoir des clients qui découvrent la boutique pour la première fois », indique-t-elle.

Et beaucoup sont fidèles. Ils viennent par conviction écologique, mais aussi pour faire des économies. « Ça permet de réguler le budget », reconnaît une cliente. En vidant son placard, Amandine gagne même de l’argent. Si les 38 articles qu’elle a déposés à la boutique sont vendus, elle devrait récupérer 96,05 euros. « C’est hyper intéressant. Du coup, je vais pouvoir me faire plaisir à l’intérieur de la boutique », se réjouit-elle. Un gain de pouvoir d’achat loin d’être superflu : un enfant coûte en moyenne 9000 euros par an.

Source : tf1.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut